Module Image

Énigme policière

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

ÉNIGME POLICIÈRE


Grand jeu praticable en intérieur ou extérieur


3/6 ans : inadapté | 6/8 ans : inadapté | 8/10 ans : inadapté | 10/13 ans : difficile | 13/16 ans : facile | 16/17 ans : facile


Proposé par Maya


Matériel :
Des badges de policier, feuille/crayon pour que les joueurs puissent noter les indices et les accusations de chaque individu, un foulard, un faux bracelet, 3 lettres (écrites dans l'explication), costumes si possible

Préparation :
Il faut préparer les trois lettres – du créancier, de la femme et du mort - à l'avance. Installer les objets près du mort (foulard, bracelet, lettre du créancier)

But :
Les participants sont mettre de leur enquête. Développe l'autonomie de l'enfant.

Déroulement :
Les équipes policières découvrent un pendu (avec effet de surprise si possible comme par exemple une personne extérieur venant les chercher. Paniqué, il peut crier : vite, vite, il y a un mort). L'inspecteur en chef arrive et leur explique qu'ils sont chargés de retrouver ce qui s'est passé.

Sur le mort, il y a plusieurs indices donc plusieurs suspects :
- Un bracelet avec marqué ami pour toujours parterre à côté du pendu (soupà§on sur le meilleur ami). Il faut savoir que suite à la mort de son ami, le suspect est devenu dépressif.
- Un foulard de femme (soit qui aurait servi de corde ou alors le pendu le tiendrait simplement dans la main) donc soupà§on sur la femme du pendu.
- Une lettre dans une des poches du pendu avec marquée si demain je n'ai pas mon argent, cela ira très mal (soupà§on sur le créancier).
- Le dernier suspect est le beubeu, un homme qui vit dehors et qui fouine près du cadavre. Il est caché mais visible pour que les policiers puissent comprendre qu'il a peut-être quelque chose à voir là -dedans.
- Les suspects trouvent aussi avec la lettre du créancier, un autre mot : je suis désolé. Cela peut être autant le mort que les suspects qui ont écrit le mot pour essayer de brouiller les pistes.
Les suspects vont à chaque fois se dénoncer les uns les autres…
(F : femme, C : Créancier, D : dépressif (ami), B : Beubeu)
1e r tour :

F C que son mari doit des dettes
C D qu'ils se sont disputés avant de mourir. Et ce n'était pas une petite dispute
D B qu'il a été marin donc il s'est faire des nÅ“uds (nÅ“ud du pendu)
B F que son mari et elle sont séparés mais que personne ne le sait

Réponse que les suspects donnent à leur accusation :
C : En effet, le mort lui devait des dettes mais les menaces qu'il lui a envoyées étaient uniquement là pour l'intimider. Si vraiment il n'avait pas payé, le créancier lui aurait envoyé ses hommes de mains lui refaire le portrait mais pas plus.
D : Oui, ils se sont disputés mais cela arrive à tout le monde. Si les policiers demandent pourquoi il répondra que le mort avait encore misé sur une course de chevaux et qu'il avait tout perdu. Il lui demandait de l'argent que son meilleur ami n'a pas voulu lui fournir.
F : Oui elle est séparée de son mari parce que leur couple battait de l'aile. Il n'y a plus aucun sentiment entre eux.
B : Et alors ! Soit il a été marin mais ce n'est pas pour à§a qu'il a fait le nÅ“ud du foulard. Les policiers tiennent bien une arme, pourtant quand on tire sur un homme ce n'est pas eux qu'on accuse.
2ème tour :
F B d'avoir tué sa fille, il a été à l'asile
B D d'avoir eu une liaison avec la femme du mort
D C de faire parti de la mafia
C F d'avoir déjà eu un mari décédé et que sa mort n'a jamais été expliquée. C'est l'avocat Corbeau qui l'a défendu
Réponse que les suspects donnent à leur accusation :
B : C'est vrai il a tué sa fille mais accidentellement… Elle était fiancée mais elle a trompé son futur mari. Le beubeu l'a su et a giflé sa fille. Celle-ci surprise par la force du coup est tombée. Malheureusement son cou s'est brisé sur une chaise derrière elle. Son père s'en est tellement voulu qu'il a été dépressionnaire et sa femme l'a mis à l'asile.
D : Il n'a jamais de liaison avec la femme du mort, ils étaient simplement très proches.
C : Il répond qu'il ne voie pas en quoi cela fait parti de l'enquête.
F : C'est vrai son mari est mort. Elle révèle qu'il a sà»rement fait une crise cardiaque. De toute faà§on, elle a déjà été entendue par un tribunal et que les poursuites n'avaient pas continuées. Heureusement que l'avocat Corbeau avait trouvé des preuves et avait pu ainsi l'acquitter.
3ème tour :
B C et inversement s'accusent l'un l'autre. Beubeu dit que c'est de la faute du créancier s'il a été à l'asile parce qu'il lui avait mis l'avocat Corbeau pour le défendre.
Le créancier dit que Corbeau avait délibérément soudoyé un juge et les infirmiers pour faire sortir le beubeu de l'asile.
Dans ce même 3ème tour le dépressif se tue. La femme a laissé un mot où elle se trouvée précédemment disant qu'elle se trouve chez le dépressif. Quand les policiers/joueurs arrivent, elle a le pistolet dans les mains. Sur le corps du dépressif se trouve une lettre signée de la femme. Elle datait de quelques jours et racontait qu'elle ne pouvait plus du tout le supporter qu'elle ne savait plus quoi faire… Elle avait besoin de son aide…
Réponse que les suspects donnent à leur accusation :
Le beubeu est le créancier disent que ce n'est pas vrai et accusent l'autre en mentionnant l'avocat Corbeau
La femme souhaite qu'on la laisse tranquille, sa peine est trop grande

Fin :
à€ ce moment, lorsque tous les groupes ont vu le dépressif mort et les autres suspects, l'inspecteur en chef intervient et dit que le tribunal se tiendra dans quelques minutes. Les policiers doivent se consulter et émettre un jugement. Les suspects sont présents. Un tribunal se tient et chaque équipe émet son verdict.
Quand tous les verdicts sont passés, l'inspecteur révèle la vérité dans ces moindres recoins.
La vérité :
La victime avait décidé avant sa mort de se pendre d'où son mot je suis désolé. En effet, sa vie était misérable. Sa femme voulait divorcer, il avait des dettes et s'il ne payait pas, personne ne sait ce qu'il lui serait arrivé… En plus, il aurait dà» se défendre contre l'avocat de sa femme, Monsieur Corbeau, qui disait-on était le meilleur. Bref, il n'aurait plus rien eu. Seulement, il avait peur de ne pas y arriver tout seul alors il a demandé à son meilleur ami, (qui n'était pas dépressif au départ) de l'aider à mettre fin à ces jours. Son ami refuse, il s'en suit une violente dispute. La victime arrive quand même à convaincre son ami. Il prit un foulard à sa femme et un soir, avec l'aide du meilleur ami, il mit fin à ses jours. Le meilleur ami, dans sa confusion, n'avait pas vu que son bracelet s'était cassé. Finalement, pris de remords, il tombe dans la dépression et a mis fin à ses jours à son tour.

Variantes :
Vous pouvez proposer votre propre histoire, ou choisir d'autres suspects.

Conseils :
Le meilleur serait de fabriquer des badges de policier pour les joueurs. Si les joueurs ne posent pas les bonnes questions, il ne faut pas leur donner les indices. Normalement, la feuille de route n'est pas nécessaire, les joueurs doivent être autonomes. Le dépressif devra être dans une chambre, la femme tient un bar, le créancier dans un bureau (toujours au téléphone) et le beubeu dehors (il pourra bouger) mais cela peut être modifié sans problème.

 

   
Vous pouvez librement modifier et/ou partager ce document, sauf pour un usage commercial.
Votre seule obligation est de toujours indiquer la source d'origine : http://www.lesmonos.com.

Flux d'actualité